Historique du moulin
Le moulin de 1800 à nos jours

La construction n'existe pas en 1804. Elle figure sur une carte de 1826. C'est Henri Saint-Pierre Lesperet, grand bourgeois plaisantin, consul de Toulouse, vice-président au conseil consultatif, qui fera construire le foulon de la ville sur le canal d'amenée.

Le moulin cumulait plusieurs fonctions : meunerie, foulon. A partir du Second Empire, il va cumuler plusieurs fonctions industrielles : carderie, filature de laine du pays. Cette carderie subsiste jusqu'à la fin du XIXème siècle.

En 1864, à la mort de Dominiquette Saint-Pierre Lesperet, les biens sont rachetés par Jean-Marie Valentin Rosapelly qui y greffe d'autres activités : une scierie et une batteuse.

En 1893, son fils Léonce Rosapelly équipe le foulon de la dynamo de Gramme et fait de Plaisance du Gers l'une des premières villes électrifiées de France. Il passe un contrat avec la municipalité qui lui donne le monopole de l'éclairage public.

Dans les années 30, l'usine électrique est fermée, et le moulin vacant est repris par M. Coudeville. Quarante ouvriers travaillent au moulin (dont 10 à la scierie) au rythme des 3X8. En 1946, toutes les activités du moulin sont définitivement arrêtées.